Éco-conception

Les impacts environnementaux du numérique

On imagine le numérique virtuel, intangible et éthéré. Après tout, nous dématérialisons nos documents et les rangeons dans le cloud… Il est pourtant pleinement matériel. Ordinateurs, TV et téléphones d’un côté, serveurs de l’autre reliés par des câbles, satellites, antennes, etc. constituent l'écosystème du numérique. Tous ces équipements doivent être produits puis alimentés en énergie pour fonctionner. Cela génère des coûts pour l’environnement concrets et mesurables.

Publié le : 2021 M02 8 - Modifié le : 2021 M03 17 - Par : Benoît Abot - Temps de lecture : 4mn


Rapide tour d’horizon des retombés environnementales d’internet et du numérique, préalable à une éco-conception de sites web efficace, car agissant sur les principales sources d’impacts. Les chiffres que j’utilise ici proviennent de GreenIt.fr, c’est la communauté des acteurs du numérique responsable en France.

Impacts sur l’environnement

Quels sont les impacts du secteur du numérique dans sa globalité (écrans, objets connectés, ordinateur, serveurs et réseau dans leur usage et leur fabrication) sur l’environnement ? Voici un panorama chiffré qui date de 2019, n’oublions pas que ces chiffres évoluent et ne feront que croître à l’avenir avec la multiplication des objets connectés et des services de cloud.

Consommation énergétique

Au niveau mondial, le secteur du numérique consomme 4,2 % des énergies primaires (énergie nécessaire pour fabriquer l’énergie finale). Le numérique utilise 5,5 % de l’électricité mondiale.

Émission de CO2

Le numérique est responsable à lui seul de 3,8 % des émissions de gaz à effet de serre (en équivalent CO2). C’est plus que l’aviation civile mondiale…

Consommation en eau

Le numérique consomme 0,2 % des ressources en eau de la planète.

Minerais

Des minerais rares sont nécessaires pour fabriquer les écrans des smartphones et les batteries de vos appareils. Ce sont des ressources limitées dont l’extraction et le transport requièrent beaucoup d’énergie. Malgré leur rareté et le coût énergétique qu’ils génèrent, les minerais utilisés pour les composants électroniques sont rarement recyclés, c’est seulement le cas de 16 % des téléphones portables en France.

Architecture du web

On pense communément que les serveurs web et les fameux data-center sont la principale source de solution du numérique. Erreur, la principale source d’impacts pour l’environnement (émission de gaz à effet de serre et consommation d’énergie) provient des utilisateurs. Regardons quelle est l’architecture du numérique et quelles sont ses répercussions environnementales secteur par secteur. Notons au passage que 60 % des flux de données du web proviennent du streaming video.

Serveurs

Les serveurs qui stockent les données (sites, mails, etc.) représentent 15 % des émissions de gaz à effet de serre du numérique. Ils sont à l’origine de 17 % de l’énergie utilisée par le numérique et de 24 % de sa consommation d’électricité. Il est intéressant de noter que les géants de la tech, plus par volonté de maximiser leurs coûts que par réelle volonté écologique, sont attentifs, pour certains, à leur consommation électrique et à sa provenance. D’une part en optimisant la programmation de leur infrastructure ils parviennent à des économies substantielles d’énergie. D’autre part, ils ont de plus en plus recours aux énergies renouvelables pour alimenter leurs data-center (Apple, Microsoft et Google font figure de bons élèves face à Amazon qui est un peu à la traîne sur le sujet).

Réseau

Le réseau, c’est ce qui fait le lien entre les espaces où sont stockées les données et leur utilisation sur les terminaux. Ce réseau est constitué de câbles, antennes, routeurs, etc. qu’il faut produire, installer (jusqu’au fond des océans !) et entretenir. Les données transitent sur le réseau sous forme de signal électrique ou d’onde lumineuse (fibre optique).

Le réseau utilise 23 % de l’énergie primaire et 32 % de l’électricité consommés par le numérique. Il est responsable de 32 % des gaz à effet de serre produits par le secteur du numérique.

Terminaux/équipements

Le dernier élément structurel du numérique est celui que nous connaissons le plus pour le manipuler au quotidien : les équipements (téléphones, ordinateurs, tablettes, télévisions objets connectés…). Leur omniprésence - inscrite dans la plus triviale de nos actions - peut atténuer l’idée que l’on se fait de leur impact sur l’environnement. Pourtant, ce sont les terminaux, leur usage et surtout leur fabrication qui ont le plus d’incidence sur l’environnement.

Les équipements des utilisateurs mobilisent 60 % de l’énergie et 44 % de l’électricité du numérique. À eux seuls ils sont responsables de 63 % des gaz à effet de serre du secteur. Enfin, ce n’est pas une surprise, les 3/4 des minerais que nous prélevons pour le numérique sont destinés à la fabrication de ces équipements.

Cycle de vie

Les équipements prennent la part la plus importante dans les répercussions écologiques du numérique. On peut diviser leurs sources d’impacts durant leur cycle de vie : à l’occasion leur fabrication puis lors de leur utilisation.

Usage

À l’usage, les terminaux consomment de l’énergie pour fonctionner. Cette quantité d’énergie dépend du service utilisé (volume et traitement des données nécessaire pour son fonctionnement) tout autant que de notre comportement (support physique ou streaming pour visionner une vidéo, mise en veille/extinction des appareils, etc.). L’usage des équipements génère 26 % des gaz à effet de serre du numérique.

Fabrication

Cependant, c’est la fabrication de ces équipements qui a le plus d’impact sur l’environnement : 40 % des gaz à effet de serre du secteur, 75 % de son utilisation d’eau et 76 % de minerais lui sont imputables. Ainsi, lorsque vous achetez un équipement, avant m^me de l’utiliser, il a déjà produit les 3/4 des ses impacts sur l’environnement. Évitez de les renouveler trop fréquemment !

Pour aller plus loin

Agir sur les équipements en limitant leur durée de vie est le principal levier pour un numérique plus écologique, durable et responsable. C’est cet axe de travail qui va être au cœur de l’éco-conception d’un service web.

Pour approfondir le sujet, je vous recommande les lectures suivantes dont sont issus les chiffres de cet article.